Votre Clarté = Votre Succès

Clarté pour avoir du succès

Avez-vous déjà remarqué combien les choses semblent faciles dès l’instant où elles sont claires dans votre esprit ?

La clarté, c’est le pouvoir

Boileau l’avait bien compris quand il disait “Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément“.
C’est également ce que voulait signifier l’auteur de la phrase “Clarity is power” attribuée tantôt à Tony Robbins, tantôt à d’autres.
Ou encore, Janet Atwood, auteure du Test de la Passion, quand elle déclare ” Quand tout est clair dans votre tête, ce que vous souhaitez se manifeste dans votre vie, à hauteur de votre clarté

En effet, quand vos pensées sont claires, nettes et précises à propos de ce que vous désirez dans votre vie, c’est-à-dire le “Quoi”, le “Comment” se manifeste quasiment sans que vous ayez à vous en occuper. C’est d’ailleurs également le message de la citation de Sénèque “Il n’est point de vent favorable pour celui qui ne sait où il va“.

La Divine Magie de la Vie

Donc, si vous voulez bénéficier de vents favorables pour avancer vers ce que vous voulez dans la vie, il vous faut affiner le plus possible ce que vous voulez.

Je le constate tous les jours dans ma pratique de coach auprès des femmes qui veulent une vie professionnelle épanouissante.

Dès qu’elles deviennent claires sur ce qu’elles désirent, et dès qu’elles s’autorisent à laisser leurs rêves les entraîner dans cette direction, la magie de la vie se met en place. A partir de là, elles font des rencontres, tombent “par hasard’ sur la bonne information qui va les faire avancer, elles découvrent tout à coup que leur voisin travaille dans le domaine qui les intéresse, etc, etc. Dans ces cas-là, la vie a plus d’un tour dans son sac !

J’aime cette idée de Magie de la Vie, si vous me connaissez un peu, vous le savez. Mais si j’aime avoir la tête dans les nuages, j’aime aussi garder les pieds sur terre. Donc, j’ai voulu aller un peu plus loin et c’est là que j’ai repensé à ce que j’avais appris dans mes études de psychologie au sujet du Système d’Activation Réticulaire, le SAR pour les intimes.

Le Système d’Activation Réticulaire (SAR)

Pour faire simple, on pourrait dire que le SAR est un réseau de connexions nerveuses, très dense et qui s’occupe de plein de choses très importantes (comme le cycle veille-sommeil, la vigilance et l’attention, certaines activités motrices réflexes  comme la marche…). Bref, son rôle est capital.

Mais ce qui nous intéresse surtout ici, c’est qu’il joue aussi le rôle d’un véritable moteur de recherche.

C’est-à-dire que dès que vous entrez certains mots-clés dans votre cerveau, votre SAR se met à la recherche de toutes les informations pertinentes pour vous. C’est ainsi que si vous êtes enceinte, vous voyez des femmes enceintes partout. (Or, j’ai étudié la question, le nombre de naissance reste stable tout au long de l’année… ). Si vous cherchez à déménager, vous voyez plus vite que tout le monde, les panneaux “A VENDRE” ou “A LOUER”… Si vous venez d’acheter une nouvelle voiture, vous vous rendez compte tout à coup que tout le monde a la même voiture que vous…

– “D’accord, me direz-vous peut-être, mais moi, justement, je manque de clarté. Comment faire ? Quels sont les mots-clés que je vais renter dans mon moteur de recherche ?”

Qui cherche trouve

J’ai grandi en me faisant répéter chaque fois que j’avais perdu quelque chose : “Qui cherche trouve”…, “Qui cherche trouve”… Cette phrase rythmait ma quête : “Qui cherche trouve”. Et je peux vous assurer que c’est vrai ! J’ai toujours retrouvé ce que j’avais perdu !
Mais ça ne s’arrête pas là. Dès que je m’intéressais à quelque chose que je ne connaissais pas, je partais à la recherche de ce qu’il me fallait pour maîtriser le sujet. Ainsi, à 13 ans, je maîtrisais le tricot dans ses aspects les plus complexes : jacquard, torsades…. A 16 ans, je savais taper sur un clavier avec tous mes doigts sans regarder les touches… Bref, pour qui se donne la peine de chercher, dans les livres, sur internet, auprès des autres,… les réponses sont partout.

Les bonnes questions

La seule contrainte pour trouver des réponses, c’est de se poser de bonnes questions. Et en ce qui concerne la clarté, les bonnes questions, ce sont les questions précises. Par exemple, au lieu de vous dire “Je veux une nouvelle vie”, demandez-vous “Qu’est-ce que je veux vivre exactement ? En quoi est-ce que j’aimerais que les choses changent ?

Et si vous n’arrivez pas à répondre clairement à ces questions, n’hésitez pas à prendre le contrepied : demandez-vous simplement ce que vous ne voulez plus dans votre vie. A partir de là, notez tout ce qui vous vient à l’esprit en réponse à cette question. Soyez exhaustive.

Ensuite, pour chaque réponse, notez simplement l’opposé, c’est-à-dire ce que vous voulez à la place. Demandez-vous “Si je ne veux pas ça, alors je veux… ?”. Et voilà, vous verrez qu’à travers ce petit stratagème, vous allez réussir à obtenir beaucoup plus de clarté sur ce que vous voulez vraiment.

Vous aurez ainsi une liste de mots-clés qu’il vous suffira d’introduire dans votre SAR pour qu’il se mette en quête de sélectionner les informations pertinentes  et vous suggère des pistes intéressantes.

En résumé ,
1- Vous notez tout ce que vous ne voulez plus/pas
2- Point par point, vous changez ce que vous ne voulez pas en ce que vous voulez
3- Demandez à votre cerveau de vous donner un max d’infos sur ces choses que vous voulez
Elle est pas belle, la vie ?

Comme d’habitude, faites-moi part de vos commentaires ! Avez-vous déjà observé comme il était facile de trouver quelque chose que vous aviez bien clairement en tête ? Comme les choses ont parfois l’air de se dérouler comme un tapis rouge pour vous amener les résultats que vous espériez ?

 

Je suis Sophie Gueidon, fondatrice de Réussir au Féminin, j’aide les entrepreneures à devenir des professionnelles V.I.P. (Vraies, Inspirantes et Prospères) grâce à une expertise bien définie et des stratégies marketing alignées avec qui elles sont.

2 Comments

  • Merci Sophie pour ton article et ta manière bien à toi de présenter le sujet.
    Je n’avais encore jamais vu, lu, entendu, présenter ce sujet en mentionnant le SAR. J’aime bien.. Mon cerveau logique aime bien, plutôt.
    Bonne semaine
    Biz

    chris 13.03.2017
  • Je n’ai plus 16 ans, ni 20 ans, ni 30ans !
    La question je ne l’ai pas vécue car déjà à ma première année de collège je savais ce que je voulais : devenir pharmacienne !!!
    Et déjà à cette époque je cherchai à orienter mes études dans ce sens !
    Mais figurez vous que je n’ai pas été orientée comme je le voulais : je suis donc devenue sociologue !
    C’est une longue histoire !
    A 12 ans je savais déjà ce que je voulais mais il n’y a eu personne pour m’accompagner, ma famille, la société, le gouvernement!
    Hélas oui, je suis dans un pays où on ne savait pas faire cela !!!
    Il ne s’agit pas de rendre coupable quelqu’un ! C’est juste qu’ on ne voyait pas l’importance du choix d’un enfant pour son devenir !
    Je suis fière d’être sociologue aujourd’hui, j’aime le métier, même s’il est mal connu jusque là dans mon pays ! J’ai donc beaucoup de défis !!!
    Aussi j’ai trouvé une compensation au métier de Pharmacienne : je suis bâtisseuse de réseau à temps partiel avec des produits naturels pour le bien être comme support!
    Meilleures salutations!

    Denise 13.03.2017

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.