5 trucs indispensables pour s’épanouir… dans la vie et au travail

s’épanouir dans la vie et au travail

Je ne sais pas pour vous mais moi, ce qui me fait me sentir bien et épanouie, c’est quand j’arrive à atteindre mes objectifs. Rien ne me déprime plus et ne me provoque autant d’insatisfaction que quand je n’arrive « à rien » dans ma journée, ou pire dans la semaine, le mois… (et je ne veux pas aller plus loin, quoi que des fois, c’est pourtant bien ce qu’il se passe). Je suis donc partie à la chasse aux trucs efficaces qui me permettent de me sentir épanouie.

1. Identifier l’essentiel – Eliminer tout le reste

Ce truc-là, je l’ai découvert dans le livre de Léo Babauta « L’art d’aller à l’essentiel » (une merveille !). C’est le plus fondamental. Sans lui, tout le reste n’a pas d’importance. En effet, à quoi bon savoir atteindre ses objectifs, si ces objectifs ne sont pas les bons, ceux qui comptent pour vous et vous rendent heureux ? Ça paraît évident et pourtant, ça ne l’est pas tant que ça. Combien de fois ne se disperse-t-on pas à courir après des choses qui nous font perdre du temps et ne nous apportent rien ? Pour remédier à cela, Babauta donne quelques indications. Celles que je préfère :

  • Se demander quel sera l’impact de ce que l’on s’apprête à faire et choisir ce qui aura les plus fortes répercussions sur notre vie personnelle et professionnelle
  • Se demander combien de temps durera l’impact de nos actions et privilégier celles dont les répercussions resteront valables le plus longtemps
  • Pour faire le tri entre l’essentiel et l’accessoire, prendre le problème à l’envers. Au lieu de chercher à définir ce qui est essentiel, chercher à éliminer ce qui est secondaire et qui ne vous apportera pas l’impact recherché

2. Se demander quel est le but du but

Quand les choses coincent, il y a fort à parier que l’objectif est mal défini. En effet, bien souvent il y a confusion entre le but et les moyens. Or, le but est quelque chose de motivant, tandis que le moyen ne l’est pas. Donc, si on court après un moyen en le prenant pour un but, il ne faut pas s’étonner de ne pas y arriver !

Un exemple : Une de mes clientes, Isabelle a monté son entreprise il y a 2 ans. Les affaires ne marchent pas très fort, elle s’épuise au travail tout en n’arrivant pas à se verser un salaire. Je lui demande quels sont ses objectifs, sa vison à 3 ans. Isabelle me trace le plan suivant : Avoir plusieurs agences puis, à côté de ça, suivre des études pour faire quelque chose qui lui plaît réellement.

Nous pourrions représenter les choses comme ceci :

Avoir plusieurs agences

—>

Suivre des études

—>

Faire quelque chose qui me plaît

 

Tel qu’Isabelle présente les choses, on pourrait avoir l’impression que son but est de développer des agences. Or, en réalité, « Avoir plusieurs agences » n’est là que pour gagner de l’argent pour pouvoir financer ses études pour faire enfin ce qui lui plaît. Le véritable objectif d’Isabelle c’est de faire une activité qui lui plaît. Le reste, ce ne sont que des étapes, des moyens pour arriver au but final. Or, si aujourd’hui, Isabelle a du mal à sortir un salaire de son activité, comment va-t-elle faire pour ouvrir d’autres agences ? Surtout si l’on sait qu’elle est découragée par les difficultés qu’elle rencontre au quotidien…

La solution pour elle sera d’aller directement au but du but, au but final : faire quelque chose qui lui plaît. C’est seulement comme ça qu’elle pourra retrouver la motivation et l’énergie nécessaire à l’atteinte de ses objectifs.

Une clé pour bien fixer ses objectifs est donc de se demander « Qu’est-ce que j’aurai de plus une fois que j’aurai atteint cet objectif ? ». On se repose la question pour chaque but intermédiaire jusqu’à ce qu’on soit arrivé au bout de la série et que la réponse s’impose : « Je ne veux rien de plus, c’est ça que je veux au final, et rien d’autre ».

3. Faire un pas à la fois

Une des principales causes d’échec est de ne pas « laisser le temps au temps » ou vouloir tout, tout de suite. En effet, à tout vouloir tout de suite, on se retrouve devant un objectif gigantesque, certes très motivant mais aussi énoooooorme. Et qui fait peur.

A la moindre contrariété, au moindre pépin, le découragement pointe son nez et on en revient au point de départ. Certes, perdre 10 kilos en 1 mois est plus motivant que de se défaire de 500 grammes mais c’est aussi la quasi certitude de tout reprendre quelque temps plus tard. Idem pour tout ce que vous voulez changer dans votre vie. Il faut en effet savoir que notre cerveau est conçu pour maintenir l’équilibre.

Tout changement est perçu comme une perte d’équilibre, ce qui introduit la panique, nous pétrifie et nous empêche d’agir. La solution ? Introduire le changement par petites doses, inoffensives pour le cerveau. C’est ce que l’on appelle la “technique des petits pas” ou le kaizen.

4. Entretenir le focus

L’ennemi du résultat est la dispersion. Ne dit-on pas « Qui trop embrasse mal étreint ? ». Un des gages de réussite consiste à avoir l’esprit clair sur ce que l’on veut atteindre. Pour cela, passez en revue régulièrement ce que vous voulez. Ecrivez vos objectifs, votre vision le plus souvent possible, ressentez ce que vous avez écrit comme si c’était déjà atteint. Soyez précis. Votre vison est comme une flèche. Pour atteindre sa cible, elle doit être pointue et directe. Pour ma part, j’écris tous les matins, dans un cahier rose, ce que je veux obtenir à court et moyen terme. Une façon de garder le focus sur ce qui compte vraiment à mes yeux.

5. Lâcher Prise

Une des clés de l’épanouissement est certes d’atteindre ce que l’on veut mais c’est aussi savoir relativiser quand les choses ne se déroulent pas comme prévu.

Pour cela, soyez bienveillant avec vous-mêmes, dites-vous que vous avez fait ce qu’il fallait et que si ça ne se déroule pas comme attendu, c’est peut-être parce qu’il y a autre chose de mieux derrière ce contretemps. Peut-être de nouvelles ressources à développer en vous et autour de vous, l’occasion de nouvelles rencontres et de nouveaux apprentissages, ou tout simplement un timing qui sera plus confortable pour vous… Décidez de voir le verre à moitié plein (de nouvelles opportunités) !

Et vous, avez-vous d’autres trucs qui vous permettent de vous sentir particulièrement épanouie et bien dans vos baskets ? Partagez-les dans les commentaires ci-dessous !

Je suis Sophie Gueidon, fondatrice de Réussir au Féminin, j’aide les entrepreneures à devenir des professionnelles V.I.P. (Vraies, Inspirantes et Prospères) grâce à une expertise bien définie et des stratégies marketing alignées avec qui elles sont.

Soyez la première.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.